Dulcinées Modernes

A Muriel Salmona

Fuyant d'une si sombre et glacée forêt blonde
Je croisais en chemin ton regard de Joconde,
Et dans la galerie des pas perdus résonne
Alors comme un espoir, un éclair, une aumône;

Telle celle que Barrios, dans sa pire agonie
Joua pour cette âme, percluse sur le parvis,
Qui attendait là, sans un cri, sans un râle,
La charité des foules, devant la Cathédrale....

Et tes yeux, d'un miel-doux réchauffé sur la braise,
Chassent au loin la froideur – morne terre glaise -
De celle qui se tût, ignorant tout des combats
Des Chevaliers modernes... Héros de la Mancha !

Car la Bonté, en nos jours funestes et troublés,
S'évapore en silence, telle un songe d'été,
Se dissolvant sans fin sous la torpeur torride
Des élites bardées d'indifférence acide !

Déliquescences encor de ces âmes sans trêves,
Violées et sidérées par des voleurs de rêves,
Ogres immondes planant sur égos fétides
Pour fondre vers leurs proies, jusqu'à la carotide,

Ruses pire que celles du plus vil animal !
Imitant les tactiques de jadis Anibal
Qui pourfendait le granit par la glace et le feu,
En écartelant les failles jusqu'en son milieu !...

Ô Psychés éclatées ! Dignités pulvérisées !
Comment rassembler ce qu'un jour... nous avions été ?...
En plongeant nos regards dans ces fleurs de Vanoise,
Inhalant ces nectars aux goûts de bleus turquoise

Qui insufflent aussi en toi, Noble Rassembleuse,
Tes paroles d'espoirs aux portées prometteuses ?...
En sculptant nos murs de borroméennes clartés
Brisant l'envoûtement chez toutes les Dulcinées ?...

Dont les cœurs réchauffés te louent à tour de bras,
Et battront à l'unisson tout au long du Combat !


Philippe Rouquié - 4-janv 2
011

retour

 

 

© Les textes édités sur ce site sont la propriété de leur auteur.
Le code de la propriété intellectuelle n'autorise, aux termes de l'article L122-5,
que les reproductions strictement destinées à l'usage privé.
Tout autre usage impose d'obtenir l'autorisation de l'auteur.