Métaphores et paradoxes porteurs

Imaginer, c'est déjà agir 

Cette page se construit au fur et à mesure. Je vous remercie d'y participer et d'envoyer vos métaphores, paradoxes, adages, allégories grecques, etc. qui font partie du bon sens populaire, par e-mail ou par courrier. Communiquer est un partage, merci à vous !

Propositions d'internautes

u Si un jour le diable vient frapper à votre porte, invitez le à s'asseoir à votre table, sinon il pourrait vous jouer des tours pendables dans le dos...  (Mourad O.)

u Il y a cette allégorie grecque où le flambeau de Prométhée est celui des sciences et anime les hommes. Que le satyre qui, voyant le feu pour la première fois, court à lui et veut l'embrasser, représente les hommes/enfants, qui séduits par l'éclat de cette chose, se livrent indiscrètement à l'étude pour en jouir sans sagesse et finir par en payer le prix... (Mourad O.)

u Si le seul outil que vous avez est un marteau, vous verrez tout problème comme un clou. (Abraham Maslow).

u La nature apprend à l'homme à nager lorsqu'elle fait couler son bateau. (Saït Faïk Abasiyanik).

Suggestions inspirées au cours des psychothérapies

u Pour qui veut aller haut, mieux vaut viser l'Everest que le Mont Ventoux !

u Il faut prendre le temps pour gagner du temps.

u Il faut parfois être capable de perdre pour vaincre.

u La vie est plus simple si on ne la complique pas. 

Paroles d'auteurs

u On ne saurait aborder en même temps les deux côtés de la rivière.
Il faut risquer de perdre une rive à jamais, pour un jour toucher l'autre. (Gilles Vigneault)

u On ne va jamais aussi loin que lorsqu'on ne sait pas où l'on va ! (Christophe Colomb).

u « En se rendant à Chartres, Péguy voit sur le bord de la route un homme qui casse des cailloux à grands coups de maillets. Son visage exprime le malheur et ses gestes la rage. Peguy s’arrête demande : « Monsieur, que faites-vous ? » « Vous voyez bien, lui répond l’homme, je n’ai trouvé que ce métier stupide et douloureux. Un peu plus loin, Péguy aperçoit un autre homme qui, lui aussi, casse des cailloux, mais son visage est calme et ses gestes harmonieux. « Que faites-vous, monsieur ? », lui demande Péguy. « Eh bien, je gagne ma vie grâce à ce métier fatigant, mais qui a l’avantage d’être en plein air », lui répond-il. Plus loin, un troisième casseur de cailloux irradie de bonheur. Il sourit en abattant la masse et regarde avec plaisir les éclats de pierre. « Que faites-vous ? », lui demande Péguy. « Moi, répond cet homme, je bâtis une cathédrale ! ». (Boris Cyrulnik).

u Ce n'est pas en regardant la lumière qu'on devient lumineux, mais en plongeant dans son obscurité. (C. G. Jung).

u « Alors voilà, elle est épuisée. Je la regarde, je l’écoute, elle parle, elle parle. Elle est débordée par sa vie. Elle n’existe plus tellement elle s’occupe des autres. La voix tremble un peu, elle s’agrippe à son sac à main, elle a deux ongles rongés, juste deux, et du maquillage asymétrique. Odeur de cigarette et de parfum.
Son mari qui est malade, enfin il ne l’est plus vraiment maintenant, mais bon, il est encore fragile. Et exigeant. Ses enfants qui la préoccupent, surtout le grand qui rentre trop tard, et qui fume. Ses collègues, ses chefs, qui se reposent sur elle, surtout son « n+2 » qui lui dit « J’y arriverais pas sans vous ! Heureusement que vous êtes là... ». Et puis ses parents qui vieillissent, et ses copines qui pleurent des heures au téléphone...
« Et vous dans tout ça ? »
Elle fond en larmes. J’ai du dire une bêtise. Je lui tends un mouchoir.
Elle me dit qu’elle sait, qu’elle n’arrive pas à faire autrement : les autres passent avant elle. Elle n’arrive pas à refuser. Elle « ne sait pas dire non ». Elle dort moins bien, devient irritable, a envie « de tout envoyer balader ».
Je ne sais plus quoi dire. Je ne dis rien.
Parce que tout le monde lui dit (s’occuper d’elle/apprendre à dire non/prendre du temps pour soi). Parce que s’il suffisait de lui dire, elle ne serait pas là. Parce qu’elle répond toujours à ceux qui lui disent (ne sait pas comment faire/ne voit pas comment ce serait possible/ne peut quand même pas refuser de/et puis si je ne les aide pas alors qui va les aider).
Je ne dis rien.
Et puis, je ne sais pas au bout de combien de temps et de mouchoirs, là, d’un coup, je lui dis la première phrase, la première image qui me vient en tête: « Vous avez déjà pris l’avion ? »
Surprise de cette interruption, surprise que je parle apparemment d’autre chose, elle me répond « L’avion ?...oui, pourquoi ? ».
Alors j’en profite. « Voyez-vous, au début du voyage, les hôtesses donnent les consignes de sécurité, elles indiquent les issues de secours, ce qu’il faut faire en cas de panne... certains se moquent même des gestes qu’elles font en indiquant les sorties avec leurs mouvements de bras!... Vous voyez ? » (Je fais les gestes en même temps)
« Oui, je vois bien... » (un petit sourire devant le psy qui imite l’hôtesse de l’air...)
« Et elles nous montrent le gilet de sauvetage et puis elles nous informent qu’en cas de dépressurisation, un masque à oxygène tombera devant nous et qu’il faudra le mettre sur le visage... Et si vous lisez attentivement les consignes de sécurité, vous verrez que, si vous êtes avec un enfant il faut d’abord mettre le masque sur... »
« Sur mon enfant bien sûr ! » m’interrompt-elle.
« Eh non ! Sur vous-même... »
« Mais c’est impossible, je ne pourrais pas faire cela... »
« Sauf que si vous ne le faites pas et que vous vous évanouissez avant d’avoir pu lui mettre le masque, vous en mourrez plus certainement tous les deux... »
Et elle se tait...j’ai du dire une bêtise...
« Euh...Enfin...euh...ce que je voulais juste vous dire c’est que pour aider quelqu’un... »
« ...il faut être en état de l’aider...je comprends... »
Elle ne pleure plus. Elle ne parle plus. Elle me regarde. Elle attend une interminable minute, ou deux. Elle dit « Ok, j’ai compris...cette fois j’ai compris. ».
Elle respire. Elle jette ses mouchoirs dans la corbeille.
------
Récit à partager du docteur Philippe Aïm, pour alorsvoila.com , un confrère formidable dont je vous recommande les écrits apaisants et bienveillants :
http://www.hypnoses.fr/L-hypnose-ca-marche-vraiment_a71.html  » (Baptiste BEAULIEU).

 

 

Isabelle LEVERT
Psychologue clinicienne
Psychothérapeute
Pernes les Fontaines (84)

retour

 

 

© Les textes édités sur ce site sont la propriété de leur auteur.
Le code de la propriété intellectuelle n'autorise, aux termes de l'article L122-5,
que les reproductions strictement destinées à l'usage privé.
Tout autre usage impose d'obtenir l'autorisation de l'auteur.