Fiches de lecture

Les fiches de lecture n'ont pas la prétention de résumer le livre mais ont pour but d'en relever quelques éléments particulièrement intéressants.

TOUSIGNANT, M., (1992), Les origines sociales et culturelles des troubles psychologiques. Paris, PUF.

La psychiatrie sociale est une démarche qui va de la compréhension du fait clinique vers une mise en cause de l'écologie sociale.

"C'est en suivant la trajectoire du trouble mental, en remontant le courant qui y a conduit, que l'on arrivera à dégager la conjonction des éléments qui l'ont formé". p. 10 g Rôle de 1er plan des facteurs sociaux.

Le but de l'épidémiologie est de décrire l'état de santé mentale d'une population.
g Nécessité de constater l'impact de l'état psychologique de l'individu sur son comportement dans la vie quotidienne.

Principe de non-spécificité : cad qu'on reconnaît indistinctement à une série de facteurs généraux le pouvoir de provoquer la plupart des manifestations de détresse psychologique
    - événements critiques (indésirabilité - absence de maîtrise - impossibilité d'anticipation)
    - manque de soutien social
Pas de causalité linéaire mais un mouvement en spirale.
Les événements critiques doivent s'accompagner d'autres agents catalyseurs pour devenir d'efficaces agents déclencheurs.

Contrainte de rôle : On considère moins le changement en soi provoqué par l'événement que l'effet d'usure sur la capacité à remplir ses obligations et ses rôles dans la vie.
    - contraintes de tâche
    - conflits interpersonnels
    - multiplicité des rôles et conflits interpersonnels
    - changement de rôle
    - restructuration des rôles
 Les événements en soi ne provoquent de bouleversements psychologiques sérieux s'ils ne sont pas accompagnés par des contraintes de rôle.

Concept de signification : cad l'insertion d'un événement ou d'un facteur de vulnérabilité dans l'historicité du sujet.
g LEDS (Life Events and Difficulties Schedule)
- la gravité de l'événement est mesurée sur la base de la menace à long terme qu'il fait encourir à la personne
- analyse du contexte d'ensemble : un événement est jugé par rapport à d'autres survenus au cours de la même période
g indice de stress social car l'événement est jugé dans le contexte des circonstances qui l'entourent.
- séries de difficultés de vie dont la nature est plus chronique

Facteurs de vulnérabilité : ensemble des caractéristiques de l'état d'une personne qui font augmenter les risques de pathologie en présence d'un agent déclencheur
- absence de rapport intime avec un conjoint
- perte de la mère avant l'âge de 11 ans
- présence de 3 enfants ou plus de moins de 14 ans à la maison
- absence d'un emploi rémunéré
Par exemple, effet additif de ces facteurs sur la probabilité de dépression.
g Estime de soi est le concept qui intègre tous ces facteurs de vulnérabilité

Les facteurs de vulnérabilité identifiés ont en commun le fait de frustrer un besoin psychologique de base
- besoin de sécurité ou d'affection
- besoin d'épanouissement
Le facteur de vulnérabilité qu'est le manque d'attention de la part des parents au cours de l'enfance mène à une dynamique qui entraîne des situations productrices d'événements.

Indices de désintégration sociale :
- absence de valeurs religieuses
- confusion des valeurs culturelles / présence de minorités ethniques
- augmentation des taux des familles séparées
- faiblesse et petit nombre de leaders
- fréquence de manifestations d'hostilité, d'agression, de crimes et de délinquances
- diminution du nombre de groupes formels et informels
- faiblesse et fragmentation du réseau de communications
- instabilité de l'emploi
- fréquence des déménagements

Le soutien social est essentiellement ce qui se passe au plan humain et affectif entre deux personnes ; c'est la communication d'affection, d'estime de soi et du sentiment d'appartenance à un groupe.
Effet immunisateur relié au soutien social
g effet tampon
- un seul soutien important est suffisant en cas d'événement grave
- le soutien postérieur à l'événement est plus déterminant que le soutien antérieur.

Concept d'attachement
On observe que le destin de certaines personnes est marqué sérieusement par leur enfance, autant sur
- le plan social que sur
- le plan psychologique
Les hypothèses d'Ainsworth et Bowlby sont confirmées :
"Une lacune de l'attachement à une figure adulte entraînerait chez l'enfant un manque de sécurité, une réaction de deuil et une crainte d'explorer la nouveauté".
Conséquence de la perte de la mère à un très jeune âge :
- forme sévère de dépression
- étiologie de l'alcoolisme
g Dépendance
     Déficits cognitifs

La qualité des soins
"Les recherches tendent à démontrer que la négligence des parents ou des figures parentales possède des effets plus nuisibles encore que l'abus physique". p. 118
g Retard dans l'acquisition du stade symbolique à la suite d'une lacune de l'interaction verbale parent-enfant.
g Effets néfastes sur l'estime de soi
     étiologie de nombreuses pathologies, notamment pour la délinquance.
C'est bien plus la qualité de la relation parent(s)-enfant que la séparation en soi qui rend vulnérable aux troubles psychiques.
Exemple : Les facteurs de risque ne sont pas différents d'une classe sociale à l'autre. La privation de soins parentaux n'est pas plus fréquente chez les failles ouvrières que chez les familles des classes moyennes.
Le groupe le plus vulnérable à la dépression : 
- les femmes de classe ouvrière qui sont passées en institutions
- expérience marquante : grossesse préconjugale à un âge précoce qui a conduit à une impasse et a bloqué le processus de mobilité sociale ascendante
- absence de solutions adéquates  pour faire face à la grossesse.

Biais cognitif d'un deuil perturbé
g  relations à problème
- relations de maternage compulsif
- relations ambivalentes et angoissées
- relations teintées d'une indépendance rigide

g Lien affectif stable = facteur de protection psychologique

Qualité de la relation entre les parents
"C'est moins la maladie psychiatrique comme telle des parents qui est dommageable au développement des enfants que des comportements ou des situations associés à cette psychopathologie". p. 133 g Impact sur l'estime de soi
"Le climat familial est bien plus important que la séparation dans la genèse des comportements suicidaires des jeunes" (Jacobs, 1967).
g Expériences qui empêchent l'enfant de se construire une image de soi positive. Ces interactions provoquent un engourdissement de la vie émotive et un sentiment de dépersonnalisation souvent à l'origine des conduites impulsives.

Chronicité
Le processus de chronicité semble plus développé dans les classes sociales défavorisées.
La pauvreté ne conduit pas à une détérioration de la santé mentale si le tissu social demeure relativement intact et si une solidarité peut se maintenir à l'intérieur des réseaux.
g Stratégie inefficace des gens pauvres :
    - résignation
    - déni.

C'est donc vers ce concept du Soi et vers les valeurs qui le structurent que devrait porter l'analyse car c'est justement l'effritement de cette image culturellement déterminée qui mène à la détresse personnelle.

 

retour

 

 

© Les textes édités sur ce site sont la propriété de leur auteur.
Le code de la propriété intellectuelle n'autorise, aux termes de l'article L122-5,
que les reproductions strictement destinées à l'usage privé.
Tout autre usage impose d'obtenir l'autorisation de l'auteur.